Antidote

Je me dis que notre vie est coincée entre la mort et la reproduction anarchique que nous tentons de lui opposer. Notre prolifération, celle de nos habitats, de nos villes semble obéir au même modèle d’extension que celui de certaines mousses, de certaines moisissures qui rongent petit à petit ce sur quoi ils se développent. L’image de nos villes étendant des tentacules à travers bois, à travers champs, en rasant ce qui leur fait obstacle, en s’y insérant, en s’y faufilant faute de mieux, est à cet égard saisissante. Nous sommes un produit de la terre qui se comporte comme un chancre et détruit son support, son hôte pour s’en nourrir. La terre a sécrété elle-même son propre mal comme font d’autres corps vivants. Probablement va-t-elle trouver l’antidote, les anticorps qui la guériront de nous.

Extrait de « La Course », roman. À paraître

Cet article a 2 commentaires

  1. La Terre peut en tous cas compter sur l’assistance de cette espèce pour tenter de s’en débarrasser, ou, à tout le moins, de réduire son anarchie. Nous voyons proliférer les attitudes égoïstes d’une partie – minoritaire, heureusement, quoique … – qui mettent à mal les efforts de la majorité par pur égoïsme. Espérons quand même que la crise actuelle soit un choc salutaire et ralentisse cette frénésie inhérente à notre espèce.

    1. Super de te lire, cher frère.
      Pour ma part, je n’ai pas beaucoup d’illusions. Je pense que la crise passée et la peur avec elle, il va y avoir un gros soupir de soulagement, une « libération » qui va se traduire par une frénésie, une boulimie comme celle qu’on a connu au lendemain de la guerre. De toute façon, je parle de façon générale. C’est extrait d’un bouquin en cours qui se situe dans les années 60.

Nom (nécessaire)E-mail (nécessaire)Site web

Laisser un commentaire